C’est un client pas comme un autre (même s’ils sont tous uniques) que cette épicerie bio et vrac, la plus ancienne de France, installée à Vaulx-en-Velin dans le Rhône. Elle fête ses cinquante ans et j’interviens dans la réalisation de son livre anniversaire.

Il prendra la forme d’une succession de témoignages, évoquant le parcours des différents interlocuteurs, leurs démarches, leurs réflexions. Il sera illustré par leurs portraits et par des photos de leurs lieux, de leur cadre de vie ou de travail. Pour écrire ce livre, je travaille en collaboration avec une autre biographe, Céline Dormoy, également photographe. Elle apportera un supplément d’âme par une mise en page colorée et poétique.

Nous rencontrons une dizaine de personnes qui égayent l’histoire de Prairial. Je découvre une constellation de clients, de fournisseurs, de salariés qui se retrouvent autour d’un modèle de société. Chaque fois, je me réjouis d’être au contact de gens engagés dans des valeurs qui résonnent en moi.

Parmi eux, Louis a créé un café restaurant à Lyon 7e. Il m’explique sa volonté de développer une offre alliant respect des clients, des salariés tout en préparant des plats avec des produits du circuit court. Chez lui, le cola vient de Savoie et les légumes de la périphérie lyonnaise. Et Prairial fait partie de ses fournisseurs, pour les produits secs essentiellement. Louis a réfléchi à chaque étape de son projet, vise une cohérence entre ses valeurs et ses actions, sans chercher à être dans l’exemplarité. Et ça marche. Je rencontre également Christian et Martine, deux paysans-boulangers de la Ferme de Quinte dans l’Ain. Ils sont désormais au sein d’un GAEC avec leur fils qui les a rejoints dans la danse. Martine a la passion du pain, mais constate que la spéculation sur la farine de blé vient choquer sa conception du commerce. Christian devient paysan sur le tard pour maîtriser toute la chaîne de fabrication en produisant leur propre blé et autres graines. Prairial est un de leurs points de vente. Et ça marche.

Je découvre une forme de militance dans la pratique de leurs métiers que je ne soupçonnais pas, une profondeur dans leurs réflexions qui m’obligent à revoir les miennes. Depuis longtemps, je m’intéresse à l’alimentation. Je fais partie d’une association qui rapproche les paysans des consommateurs. C’est pour moi la garantie de manger des produits de saison, locaux et bio. Mon engagement financier, en étant responsable de ce que j’achète et à qui j’achète, reprend de l’épaisseur, comme une décision bien pesée. Les rencontres avec tous ces hommes et ces femmes enrichissent le sens de ma propre démarche. Ce projet de livre souligne encore une fois, le privilège d’être à l’écoute des personnes, quelles qu’elles soient. À leurs côtés, j’apprends et je m’éveille. Et ça marche.


Photographie : Céline Dormoy, biographe et photographe | https://bioceline.com/